21 juin 2022 – Présentation du livre d’Annik Beaulieu

 

Prévenir l’autisme du bébé à risque
Une approche corporelle et relationnelle

 

Préface de Bernard Golse

Il est maintenant admis que le trouble du spectre autistique est neurodéveloppemental, résultat d’une interaction complexe entre les facteurs génétiques et environnementaux. Les films familiaux d’enfants qui sont devenus autistes montrent que les bébés à risque ont dès la naissance une motricité désorganisée et difficilement compréhensible pour les parents : pauvreté de la motricité involontaire, appelée « mouvements généraux », absence de mouvements Fidgety, ces petites rotations charmantes des mains, absence de fluidité dans l’ondulation continue du corps. Ces caractéristiques ont des répercussions sur la façon dont on porte et manipule le bébé, et probablement aussi sur la façon dont les mouvements du bébé prennent sens pour son parent. Ils ont une haute valeur prédictive sur le devenir neurologique des nourrissons.

A partir de sa thèse de doctorat, étayée sur son expérience d’ostéopathe de nourrissons, de rééducation périnéale auprès de mères et de psychologue psychanalyste des interactions précoces parents-bébé, Annik Beaulieu livre ici un travail qui fera date. Elle montre l’importance d’un diagnostic non pas précoce mais précocissime (avant 3-5 mois) et la nécessité d’une prise en soins d’emblée transdisciplinaire des bébés à risque d’autisme et de leurs parents. Au fil des cas cliniques évoqués, elle illustre comment les premiers liens avec les parents, depuis le corps-à-corps jusqu’aux interactions précoces, peuvent en bénéficier.

Mardi 21 juin 2022 – 21 H

En Visio Conférence

PROGRAMME

 

Rajah Sharara : Psychologue clinicienne, psychothérapeute, psychanalyste, membre de la CIPPA : Présentation des intervenants

Annik BEAULIEU, Psychanalyste, Ostéopathe, Docteure en Psychopathologie, Chercheuse associée à l’Université de Paris, Membre de l’ALI et de la CIPPA :
Comment les difficultés d’organisation corporelle des bébés à risque d’autisme peuvent-elles venir perturber les premiers liens avec les parents, depuis le corps-à-corps jusqu’aux interactions précoces ? L’auteur montre qu’une prise en charge précocissime et transdisciplinaire peut prévenir le glissement vers une pente autistique.

Chantal LHEUREUX DAVIDSE, Maitre de conférences HDR Université Paris Cité (IHSS EP CRPMS), Psychologue clinicienne, psychanalyste, membre de la CIPPA ; Discutante

Pierrette POYET, Psychanalyste, psychothérapeute, Formatrice AFFOBEB (observation du nourrisson méthode Esther Bick), Membre Bureau CIPPA, Membre bureau Gerpen : Discutante

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Annik BEAULIEU
  • Chantal LHEUREUX DAVIDSE
  • Pierrette POYET,
  • Rajah SHARARA

           

Colloque du 27 novembre 2021 – Lire Freud : Psychanalyse et littérature

Freud écrivain peut être lu comme une œuvre littéraire. Vers la fin de sa vie Freud lecteur lisait de nombreux romans policiers, a-t-il ouvert la voie aux écrivains analystes ? Peut-on être écrivain et analyste, comme le récuse Gérard Schneider ? Quelle articulation peut-on établir entre psychanalyse et littérature et pourquoi la fait-on en tant qu’analyste ? Tous les mots des autres s’invitent dans la cure, les mots partagés et l’aire transitionnelle entre deux langues. Y-a-t-il un lien entre la langue poétique et la langue analytique ? Ces interrogations ouvrent le débat de cette journée autour de Virginia Woolf « L’usage est langage : To the lighthouse » à partir du roman Promenade sur le phare, de Samuel Beckett dans Pas moi, Not I et Un divan pour …. Agatha Christie de Sophie de Mijolla-Mellor A partir d’un groupe de rencontre entre artistes et psychanalystes autour de « Pas Moi/Not I », texte de Beckett, nous serons invités à voyager, associer à l’instar de l’écrivain qui a oscillé entre psychanalyse et littérature toute sa vie durant. Dans « Pas Moi », mais pas seulement dans ce texte, il introduit des procédés littéraires originaux qui interrogent sur des dimensions latentes de la littérature, des pensées latentes du rêve. Il utilise l’écrit et le verbal d’une manière magistrale pour finalement les déconstruire et nous ouvrir ainsi vers les sonorités et toutes les autres modalités sensorielles qui se trouvent au-delà des mots, mais qui n’existeraient pas non plus sans les mots. En termes psychanalytiques, on peut dire que Beckett fait un saut des représentations-mots vers des représentations-choses et vers des symbolisations premières. Il explore ce que Kristeva aurait appelé « La chair des mots ». C’est un texte court qui ouvre à des associations infinies et peut être vécu comme une séance. Le « Pas Moi » évoque les difficultés de subjectivation de la protagoniste du texte. À son écoute on peut réfléchir aussi sur la nature de la voix qui parle Nous relèverons avec Virginia Woolf dans Promenade sur le phare l’importance du tacite, combien trop d’explicite tue la langue et sur l’indicible et le dicible, sur l’expérience poétique et l’expérience du transfert dont on ne peut rendre compte par la narrativité. Nous conclurons sur la biographie et plus encore l’autobiographie d’un romancier, en contrepoint de celle de son œuvre, ouvrant au lecteur des perspectives nouvelles, parfois inattendues. S’il est psychanalyste, il va se sentir à la fois l’enfant à qui l’on conte une histoire et le destinataire adulte de confidences et de souvenirs. Dans le cas d’Agatha Christie une troisième dimension s’ajoute, celle de l’auteur publiant sous un pseudonyme une œuvre parallèle, très différente des « crime novels » qui l’ont rendue célèbre. Sans la mettre « sur le divan », ce qu’elle n’aurait certainement pas accepté, on tentera de faire émerger des résonnances de l’œuvre qui nous ramènent à son enfance et peut-être aussi à la nôtre »

Samedi 27 novembre 2021 – 9H30 -18H

EN VISIO-CONFÉRENCE ET EN PRÉSENTIEL 

INALCO
Institut National des Langues et Civilisations Orientales
65 rue des Grands-Moulins – Paris 75013
Hall 2, 2ème étage, Amphithéâtre A2
Ligne 14 : station François Mitterrand
Bus 62 : arrêt Mann
Bus 89 : arrêt Avenue de France
Bus 64 : arrêt Bibliothéque – Chevaleret

PROGRAMME

9H00 – 9H30 – Accueil des participants

9H30 – 11H15

Rajah SHARARA, Psychologue clinicienne, Psychanalyste Introduction

Piotr KRZAKOWSKI, Docteur en Psychologie Clinique, membre de la SPP et de l’Institut de Psychanalyse et de Psychothérapie de Varsovie : Modérateur de la matinée

Derek HUMPHREYS, Médecin et Psychanalyste. Membre de la Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie (SIPP/ISPP) :   « L’usage est langage : To the lighthouse », de Virginia Woolf.

John DEWITT, Poète, psychologue clinicien et doctorant en lettres à la Sorbonne Nouvelle : Discutant

11H15 – 11H30 – Échanges avec la salle

 

11H30 – 12H00 – Pause

12H00 – 12H30

Annoradha RUGHOONUNDUN, Comédienne, Autrice : Lecture du texte Coton

12H30 – 14H00 – Déjeuner : Buffet
 

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Elisabeth BIROT
  • Pr. Sophie DE MIJOLLA-MELLOR
  • John DEWITT
  • Anouk DRIANT
  • Armelle HOURS
  • Derek HUMPHREYS
  • Pr. Alberto KONICHECKIS
  • Piotr KZRAKOWSKI
  • Anooradha RUGHOONUNDUN
  • Rajah SHARARA
  • Clara SIMPSON

14H00 – 16H00

Elisabeth BIROT, Psychanalyste, membre titulaire de la SPP, Membre de la Commission d’enseignement de l’Institut Psychanalytique de Paris : Modératrice et Discutante

«Pas Moi, Not I » de Samuel Beckett :

Clara SIMPSON, Comédienne bilingue d’origine irlandaise, enseignante : Lecture du texte « Pas Moi » « Not I » de Samuel Beckett ​Commentaires par Armelle Hours et Alberto Konicheckis : ​

Armelle HOURS, Psychiatre, Psychanalyste, Membre titulaire de la SPP, membre de l’IPA, et du GLPRA (Groupe Lyonnais de psychanalyse Rhône-Alpes)

Pr. Alberto KONICHECKIS, Psychologue clinicien, Psychanalyste (SPP), Professeur émérite en Psychologie Clinique et Psychopathologie de l’Université de Paris Descartes

15H30 – 16H00Échanges avec la salle

16H00 – 16H15 – Pause

 16H15 – 17H30

Piotr KRZAKOWSKI, Docteur en Psychologie Clinique, membre de la SPP et de l’Institut de Psychanalyse et de Psychothérapie de Varsovie : Modérateur

Pr. Sophie DE MIJOLLA-MELLOR, Psychanalyste et Philosophe, directrice de l’A2IP et de la revue Topique  Agatha Christie sur le divan ? Un divan pour Agatha Christie (2ème édition octobre 2020 Edit. L’Esprit du temps).

Anouk DRIANT, Psychologue clinicienne, Psychanalyste, membre titulaire de la SPP : Discutante

17H30 – 18H00Échanges avec la salle

Conclusion de la journée table ronde

Colloque du 22 mai 2021 Psychanalyse et cinéma : Deux fenêtres sur le monde intérieur ?

Le malentendu entre psychanalyse et cinéma a existé dès le début, les buts recherchés étant diamétralement opposés.  Nous parlerons des dangers de dérives maintes fois constatées au cinéma quand il souhaite intégrer la psychanalyse à son propos, et qui ont maintenu Freud à l’écart de ce qui deviendra un art majeur par la suite. Les impasses possibles de la psychanalyse appliquée au cinéma seront évoquées et nous ouvrirons la discussion sur les points de convergence ou de rencontre entre les deux dans un cadre que nous aurons peut-être à tenter de cerner.

À partir des deux regards développés en suivant le cheminement de Freud du regard à l’écoute, nous tenterons de cerner les points de rencontre psychanalyse/ cinéma à partir de la notion d’espace transitionnel proposé par Winnicott. Nous proposerons un regard croisé. Les lumières de la ville et la série en thérapie permettront d’interroger ce que ces images sollicitent en nous pour différencier le fait de voir et regarder. Comment les mettre en tension dialectique avec un regard intérieur ? 

 Dans la vie et l’œuvre de Frida Kahlo, le cheminement ici proposé, emboîtera le pas à Freud et à Lacan pour parcourir le champ de l’art dans plusieurs directions, picturale, psychanalytique, cinématographique et les faire dialoguer ensemble. Dans la perspective de décrypter quelques entours de l’association féconde de l’art et de la psychanalyse, à la lumière de la biographie filmique Frida [2002] où l’artiste peintre mexicaine y célèbre l’art comme force transcendante.

Nous projetterons ensuite le film du réalisateur Jean-Pierre Améris  : « Les émotifs anonymes » comédie écrite avec Philippe Blasband et produite par Philippe Godeau. Cette œuvre traitant du handicap de la timidité est fortement autobiographique. Le film est interprété par Benoît Poelvoorde, Isabelle Carré.

Samedi 22 mai 2021 – 9H30 -18H


EN VISIO CONFERENCE

Association Quartier Notre Dame-Des-Champs
92bis Boulevard du Montparnasse – 75014 Paris
Métro Ligne 6 – Edgar Quinet – Montparnasse
Ligne 4 Vavin
Bus 58 – 82 – 91

PROGRAMME

9H00 – 9H30 – Accueil des participants

9H30 – 10H00

​​Rajah SHARARA, psychologue clinicienne, psychanalyste
Introduction

Présidente de la matinée :
Marie SIRJACQ, psychanalyste (SPP)(Société Psychanalytique de Paris), psychosomaticienne (IPSO) (Institut de Psychomatique)

10H00 – 11H15

 Jean-François GOUIN, psychanalyste (SPP), psychodramatiste : « Psychanalyse et cinéma : Deux regards »

Sylvie PONS-NICOLAS, psychiatre-psychanalyste – membre titulaire formatrice à la (SPP) : Discutante

11H00 – 11H15 – Échanges avec la salle

11H15 – 11H30 – Pause café

11h30 – 12h45

Delphine SCOTTO DI VETTIMO, psychanalyste, professeur d’Université à Aix-Marseille, chercheuse :
« Regard psychanalytique et cinématographique sur la vie de Frida Kahlo »

Alberto KONICHECKIS, psychologue clinicien, psychanalyste (SPP), Professeur émérite en Psychologie Clinique et Psychopathologie de l’Université de Paris Descartes : Discutant

Échanges avec la salle

13H00 – 14H00 – Déjeuner : Buffet
 

14H00 – 17H30

Présidente de l’après-midi : 
Amélie DE CAZANOVE
, psychologue clinicienne, psychanalyste (SPP)
Jean-Pierre AMERIS, réalisateur (en visioconférence)
Projection du film : « Les émotifs anonymes », comédie écrite avec Philippe Blasband et produite par Philippe Godeau. Cette œuvre traitant du handicap de la timidité est fortement autobiographique.
Le film est interprété par Benoît Poelvoorde, Isabelle Carré.
Il remporte un grand succès lors de sa sortie en décembre 2010, reçoit de nombreux prix dans le monde, dont le Magritte du Meilleur Film Etranger en Belgique.

Échanges avec la salle

Conclusion : table ronde

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Amélie De CAZANOVE

  • Jean-Pierre AMERIS

  • Jean-François GOUIN

  • Alberto KONICHECKIS

  • Sylvie PONS-NICOLAS

  • Delphine SCOTTO DI VETTIMO

  • Rajah SHARARA

  • MARIE SIRJACQ

Colloque du 19 Décembre 2020 – Exister sans identité – Le traumatisme de l’inquiétante étrangeté

EN VISIO CONFERENCE

Evénement terminé

 Samedi 19 décembre 2020 – 9H30 – 13H30

PROGRAMME

9H00 – 9H30 – Accueil des participants

9H30 – 10H00

Rajah SHARARA, psychologue clinicienne, psychanalyste
Introduction

​​Président de la matinée
Jean-François GOUIN :
Psychanalyste. Membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP). Psychodramatiste.

Madame Laurence DUMONT :
Députée du Calvados, co-présidente de la mission d’information de la commission des affaires étrangères sur les enfants non enregistrés à l’état civil.

Échanges avec la salle

Michel WELTERLIN :
Producteur la compagnie Taxibrousse, journaliste.
Documentaire : « Les Enfants fantômes, un défi pour l’Afrique » (52 minutes)
Denise  KOUADIO épouse ILUPEJU : AIDE et ACTION
Kotia Maïmouna KONE, 10 ans, Côte-d’Ivoire : Lecture de son poème « Je suis différente de vous ».

Échanges avec la salle

AIDE ET ACTION
  •  Kotia, 10 ans, Côte-d’Ivoire,

  • Denise  KOUADIO épouse ILUPEJU,

  • Moboladji Ramanou BABAEDJOU,

  • Berei  TCHA et Berthe TEHOU

11H45 – 12H30 – Pause 

12H00 – 13H30

Pr Bernard GOLSE :
Pédopsychiatre- psychanalyste (APF), Professeur émérite de psychiatre de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris Descartes. Président de Pikler Loczy et de l’AEPEA.
« Identité narrative orale ou écrite – Le traumatisme de l’inquiétante étrangeté »

Échanges avec la salle

Monique LAURET :
Psychiatre, psychanalyste. Membre de la SPF Paris et de la Fondation Européenne de la psychanalyse. Membre du Conseil scientifique du CAPRI.
« De l’identité fantôme à l’identité volée ».

 Échanges avec la salle

Conclusion : table ronde

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Laurence DUMONT

  • Bernard GOLSE

  • Jean-François GOUIN

  • Monique LAURET

  • Rajah SHARARA

  • Michel WELTERLIN

Colloque du 25 Janvier 2020 – Les enfants fantômes : Quelle construction du monde interne est possible pour ces enfants non enregistrés à l’état civil ?

« 230 millions d’enfants dans le monde ne seraient pas enregistrés, c’est une estimation, ils ne sont pas répertoriés, ils sont appelés des « enfants fantômes », des enfants invisibles, inconnus des services administratifs dans leur propre pays, sans identité légale, ils n’existent pas officiellement, ils sont privés de leurs droits fondamentaux. Sans citoyenneté, ils n’ont pas accès à l’école, aux soins et à la justice, ils sont exposés à tous les abus et condamnés à tous les dangers » Documentaire « Enfants fantômes, un défi pour l’Afrique » de Clément Alline, la compagnie des Taxibrousse, Michel Welterlin.
L’expression « les enfants fantômes », issue de la réalité de millions d’enfants à travers le monde, et regroupant des situations diverses, éveille de nombreuses interrogations, fantasmes et angoisses. Le paradoxe de cette expression repose sur le fait qu’elle désigne et nie l’identité de ces enfants dans un même mouvement, tout en révélant la violence qui leur est faite.»
A partir du fantastique et de motifs littéraires et cinématographiques de la représentation du fantôme, nous envisagerons sous la forme de variations les fantômes de l’enfance à l’adolescence. Le fantôme erre dans un non-lieu, il est l’intrus qui fait irruption et signe la défaillance de l’inscription dans le symbolique.  
Des effets de retour aux identifications rêvées, comment cette question de l’enfant fantôme peut-elle être travaillée avec les adolescents en période de crise identitaire dans les moments de vacillements, d’irruption du doute et comment ce théâtre s’invite en séance dans la dépersonnalisation et l’hallucinatoire avec la chimère.

Evénement terminé

 Samedi 25 janvier 2020 – 9H30 – 18H00

INALCO
Institut National des Langues et Civilisations Orientales
65 rue des Grands-Moulins – Paris 75013
Hall 2, 2ème étage, Amphithéâtre A2
Ligne 14 : station François Mitterrand
Bus 62 : arrêt Mann
Bus 89 : arrêt Avenue de France
Bus 64 : arrêt Bibliothéque – Chevaleret

 

PROGRAMME

9H00 – 9H30 – Accueil des participants

9h30 – 11h30

Président de la matinée :
Jean-François GOUIN : Psychanalyste. Membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP). Psychodramatiste.

Madame Laurence DUMONT : Députée du Calvados,
co-présidente de la mission d’information de la Commission des Affaires étrangères sur les enfants non enregistrés à l’état civil.

Pr Bernard GOLSE : Pédopsychiatre- psychanalyste (APF), Professeur émérite de psychiatre de l’enfant et de l’adolescent  à l’ université Paris Descartes. Président de Pikler Loczy et de l’AEPEA.
« Comment se sentir être quand on n’existe pour personne ? »

 Échanges avec la salle

Documentaire «Les Enfants fantômes, un défi pour l’Afrique» 

Michel WELTERLIN, producteur la compagnie Taxibrousse, Clément ALLINE, réalisateur. 

11H30- 11H45 Pause 

11H45 – 13H00

Béatrice ITHIERPsychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP) et de la Société Psychanalytique Italienne (SPI), Société Européenne pour la Psychanalyse de l’Enfant et de l’Adolescent (SEPEA):
« Psychismes fantômes »

Pr Sesto Marcello PASSONEPsychanalyste, Membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP), Société Européenne pour la Psychanalyse de l’Enfant et de l’Adolescent (SEPEA) Discutant

Échanges avec la salle

13H00 – 14H00 – Déjeuner : Buffet
 

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Clément ALLINE

  • Vincente AUBAGUE

  • Ariane BEGOIN

  • Marie-Jo BRANCHE

  • Anne- Claire CHAROUSSET

  • Sheilah CUFFY

  • Laurence DUMONT

  • Maria Teresa  FLORES

  • Bernard GOLSE

  • Jean-François GOUIN

  • Béatrice ITHIER

  • Valli KOHON

  • Sesto Marcello PASSONE

  • Rajah SHARARA

  • Jessica VILARROIG

  • Michel WELTERLIN

  • Alexandre ZLOTO

14H15 – 15H30

Président de l’après midi :
Jean-François GOUIN : Psychanalyste. Membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP). Psychodramatiste.

Maria Teresa FLORES : Psychiatre et Psychanalyste de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte : « L’épanouissement de l’identité, cachée sous le manteau d’enfant fantôme : Le processus créatif en séance »

Valli KOHON : Psychanalyste et Psychanalyste de l’enfant, membre de la Société Psychanalytique Britannique  : Discutante.

Échanges avec la salle

15H30- 15H45 Pause 

15H45 – 17H00

« Les fantômes de l’enfance à l’adolescence :

des identifications rêvées aux effets de retour ! » :
Anne-Claire CHAROUSSETPsychologue clinicienne, psychodramatiste et scénothérapeute.
Jessica VILARROIGProfesseure de lettres et soins-études, scénothérapeute , Société Française d’expression scénique (SFES )

Échanges avec la salle

17h00 -17h15 

Marie-Jo BRANCHE : Présidente de l’association Amitié Pommiers et Baobabs

17h15 -18h00​

Extraits de textes sur les enfants fantômes :
Ariane BEGOINComédienne, traductrice, pédagogue.
Alexandre ZLOTOComédien et metteur en scène formé à l’école du Théâtre National de Strasbourg (groupe 31).

«SOULFUL SOUNDS» :
Sheilah CUFFY
(voix) et Vincent AUBAGUE (guitare)
avec la chorale INSIDE VOICES PARIS.

Organisation : Rajah SHARARA, psychologue clinicienne, psychanalyste

Clôture de la journée

Colloque du 12 Octobre 2019 – Écoute et figurabilité du corps en mouvement

L’écoute et la figurabilité du corps en mouvement seront discutées sous différentes approches :

L’informel, l’art et les ritournelles seront abordés à partir des chorégraphies sensorielles de Anne Teresa de Keersmaeker.

Les corps douloureux seront évoqués chez l’enfant et l’adulte en psychosomatique et élaborés différemment en psychanalyse avec la pulsion de vie et la pulsion de mort.
Par la médiation danse auprès d’enfants autistes, nous tenterons de cerner les ressorts par lesquels des mouvements saturés d’excitation évoluent vers une gestuelle créative, poétique et partagée.

Enfin, nous chercherons à saisir la manière dont une écoute et un travail du regard sur le mouvement dansé nourrissent en retour la pensée associative des thérapeutes dans la rencontre transférentielle.

La danse butô, évoluant sur le fil de l’informe, viendra clôturer le colloque en hommage à T. Hijikata et K. Ohno.

INALCO
Institut National des Langues et Civilisations Orientales
65 rue des Grands-Moulins – Paris 75013
Hall 2, 2ème étage, Amphithéâtre A2
Ligne 14 : station François Mitterrand
Bus 62 : arrêt Mann
Bus 89 : arrêt Avenue de France
Bus 64 : arrêt Bibliothéque – Chevaleret

Evénement terminé

 Samedi 12 octobre 2019 – 9H00 – 18H00

PROGRAMME

9H00 – 9H30 – Accueil des participants

9H30 – 10H00

​​Rajah SHARARA, psychologue clinicienne, psychanalyste
Introduction

Présidente de la matinée :
Chantal LHEUREUX DAVIDSE, Psychologue  clinicienne, psychanalystemembre de la CIPPA

 Association Médecins du Fleuve :
Martine DARIE : Médecin généraliste, présidente de l’Association Médecins du Fleuve
Hervé DARIE : Médecin, Spécialiste de dermatologie tropicale et de léprologie – Co-fondateur et secrétaire de l’Association  Médecins du Fleuve

René HERNANDEZ : Formé à l’atelier théâtral d’Ivry sous la direction d’Antoine Vitez et Yorgos Sevasticoglou:
Extrait de « La femme des sables » de KÔBÔ ABÉ

10h00 – 11h30

Derek HUMPHREYS, Psychanalyste, membre de la Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie SIPP- ISPP
« Phases, ritournelles et chorégraphies sensorielles                               (Reich/De Keersmaeker) »

Delphine SCOTTO DI VETTIMO: Psychologue clinicienne, psychanalyste : discutante

Échanges avec la salle

11H30 – 11H45 – Pause 

11H45 – 13H00

Marie SIRJACQ, Psychanalyste (SPP), psychosomaticienne (IPSO)   :  « Douleurs »

 Eliane JOSSET-RAFFET, Psychologue clinicienne  :
« Pulsion de vie et pulsion de mort dans  l’expression de la                      douleur de l’enfant »

Échanges avec la salle

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • BORTOLAMI Mila 
  • DARIE Martine
  • DARIE Hervé
  • HERNANDEZ René
  • HUMPHREYS Derek
  • JOSSET-RAFFET Eliane
  • LHEUREUX DAVIDSE Chantal
  • MAZEAS Dominique
  • NIOCHE-SIBONY Claire
  • PELLOUX Anne-Sylvie
  • POLLASTRI Juliana 
  • RAJAK Jelena
  • SCOTTO DI VETTIMO Delphine 
  • SHARARA Rajah
  • SIRJACQ Marie 
13h00 – 14h15  Déjeuner – Buffet

14H15 – 16H15

Présidente de l’après-midi :
Anne-Sylvie PELLOUX, Pédopsychiatre, chef du Pôle Paris Centre Est, Hôpitaux Saint-Maurice, membre de la CIPPA.

Dominique MAZEAS, Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, membre de la CIPPA

Juliana POLLASTRI, Psychologue clinicienne, psychothérapeute, membre de la CIPPA

Jelena RAJAK, Danseuse médiatrice artistique/art-thérapeute, Formatrice à l’INECAT (Paris)
« L’enfant et le jeu dansé : aux portes du  symbolique »,                       projection de vidéo

Échanges avec la salle

16H15 – 16H30 – Pause 

 16H30 – 17H30

Mila BORTOLAMI, Psychologue clinicienne, CIPPA :
« Le contre-transfert et les identifications corporelles du mouvement.  De l’expérience dansée à la clinique »

Claire NIOCHE-SIBONY, Psychologue clinicienne, psychanalyste :
« Travail du regard sur le mouvement dansé »

Échanges avec la salle

17h30 – 18h00

 Danse Butô

Clôture de la journée