Freud écrivain peut être lu comme une œuvre littéraire. Vers la fin de sa vie Freud lecteur lisait de nombreux romans policiers, a-t-il ouvert la voie aux écrivains analystes ? Peut-on être écrivain et analyste, comme le récuse Gérard Schneider ? Quelle articulation peut-on établir entre psychanalyse et littérature et pourquoi la fait-on en tant qu’analyste ? Tous les mots des autres s’invitent dans la cure, les mots partagés et l’aire transitionnelle entre deux langues. Y-a-t-il un lien entre la langue poétique et la langue analytique ? Ces interrogations ouvrent le débat de cette journée autour de Virginia Woolf « L’usage est langage : To the lighthouse » à partir du roman Promenade sur le phare, de Samuel Beckett dans Pas moi, Not I et Un divan pour …. Agatha Christie de Sophie de Mijolla-Mellor A partir d’un groupe de rencontre entre artistes et psychanalystes autour de « Pas Moi/Not I », texte de Beckett, nous serons invités à voyager, associer à l’instar de l’écrivain qui a oscillé entre psychanalyse et littérature toute sa vie durant. Dans « Pas Moi », mais pas seulement dans ce texte, il introduit des procédés littéraires originaux qui interrogent sur des dimensions latentes de la littérature, des pensées latentes du rêve. Il utilise l’écrit et le verbal d’une manière magistrale pour finalement les déconstruire et nous ouvrir ainsi vers les sonorités et toutes les autres modalités sensorielles qui se trouvent au-delà des mots, mais qui n’existeraient pas non plus sans les mots. En termes psychanalytiques, on peut dire que Beckett fait un saut des représentations-mots vers des représentations-choses et vers des symbolisations premières. Il explore ce que Kristeva aurait appelé « La chair des mots ». C’est un texte court qui ouvre à des associations infinies et peut être vécu comme une séance. Le « Pas Moi » évoque les difficultés de subjectivation de la protagoniste du texte. À son écoute on peut réfléchir aussi sur la nature de la voix qui parle Nous relèverons avec Virginia Woolf dans Promenade sur le phare l’importance du tacite, combien trop d’explicite tue la langue et sur l’indicible et le dicible, sur l’expérience poétique et l’expérience du transfert dont on ne peut rendre compte par la narrativité. Nous conclurons sur la biographie et plus encore l’autobiographie d’un romancier, en contrepoint de celle de son œuvre, ouvrant au lecteur des perspectives nouvelles, parfois inattendues. S’il est psychanalyste, il va se sentir à la fois l’enfant à qui l’on conte une histoire et le destinataire adulte de confidences et de souvenirs. Dans le cas d’Agatha Christie une troisième dimension s’ajoute, celle de l’auteur publiant sous un pseudonyme une œuvre parallèle, très différente des « crime novels » qui l’ont rendue célèbre. Sans la mettre « sur le divan », ce qu’elle n’aurait certainement pas accepté, on tentera de faire émerger des résonnances de l’œuvre qui nous ramènent à son enfance et peut-être aussi à la nôtre »

Samedi 27 novembre 2021 – 9H30 -18H

EN VISIO-CONFÉRENCE ET EN PRÉSENTIEL 

INALCO
Institut National des Langues et Civilisations Orientales
65 rue des Grands-Moulins – Paris 75013
Hall 2, 2ème étage, Amphithéâtre A2
Ligne 14 : station François Mitterrand
Bus 62 : arrêt Mann
Bus 89 : arrêt Avenue de France
Bus 64 : arrêt Bibliothéque – Chevaleret

PROGRAMME

9H00 – 9H30 – Accueil des participants

9H30 – 11H15

Rajah SHARARA, Psychologue clinicienne, Psychanalyste Introduction

Piotr KRZAKOWSKI, Docteur en Psychologie Clinique, membre de la SPP et de l’Institut de Psychanalyse et de Psychothérapie de Varsovie : Modérateur de la matinée

Derek HUMPHREYS, Médecin et Psychanalyste. Membre de la Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie (SIPP/ISPP) :   « L’usage est langage : To the lighthouse », de Virginia Woolf.

John DEWITT, Poète, psychologue clinicien et doctorant en lettres à la Sorbonne Nouvelle : Discutant

11H15 – 11H30 – Échanges avec la salle

 

11H30 – 12H00 – Pause

12H00 – 12H30

Annoradha RUGHOONUNDUN, Comédienne, Autrice : Lecture du texte Coton

12H30 – 14H00 – Déjeuner : Buffet
 

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Elisabeth BIROT
  • Pr. Sophie DE MIJOLLA-MELLOR
  • John DEWITT
  • Anouk DRIANT
  • Armelle HOURS
  • Derek HUMPHREYS
  • Pr. Alberto KONICHECKIS
  • Piotr KZRAKOWSKI
  • Anooradha RUGHOONUNDUN
  • Rajah SHARARA
  • Clara SIMPSON

14H00 – 16H00

Elisabeth BIROT, Psychanalyste, membre titulaire de la SPP, Membre de la Commission d’enseignement de l’Institut Psychanalytique de Paris : Modératrice et Discutante

«Pas Moi, Not I » de Samuel Beckett :

Clara SIMPSON, Comédienne bilingue d’origine irlandaise, enseignante : Lecture du texte « Pas Moi » « Not I » de Samuel Beckett ​Commentaires par Armelle Hours et Alberto Konicheckis : ​

Armelle HOURS, Psychiatre, Psychanalyste, Membre titulaire de la SPP, membre de l’IPA, et du GLPRA (Groupe Lyonnais de psychanalyse Rhône-Alpes)

Pr. Alberto KONICHECKIS, Psychologue clinicien, Psychanalyste (SPP), Professeur émérite en Psychologie Clinique et Psychopathologie de l’Université de Paris Descartes

15H30 – 16H00Échanges avec la salle

16H00 – 16H15 – Pause

 16H15 – 17H30

Piotr KRZAKOWSKI, Docteur en Psychologie Clinique, membre de la SPP et de l’Institut de Psychanalyse et de Psychothérapie de Varsovie : Modérateur

Pr. Sophie DE MIJOLLA-MELLOR, Psychanalyste et Philosophe, directrice de l’A2IP et de la revue Topique  Agatha Christie sur le divan ? Un divan pour Agatha Christie (2ème édition octobre 2020 Edit. L’Esprit du temps).

Anouk DRIANT, Psychologue clinicienne, Psychanalyste, membre titulaire de la SPP : Discutante

17H30 – 18H00Échanges avec la salle

Conclusion de la journée table ronde