Colloque 8 octobre 2022 – Laisser sa trace, art rupestre, art brut

“Art pariétal/Art brut…”

“Est-ce que je peux colorier la main?” Demande une petite patiente pendant sa séance… Elle venait de faire parfaitement le contour de ses doigts sur une feuille – ces 4 dernières minutes résument 40 mille ans, 40 mille ans et 4 minutes si l’on préfère… L’enfant du totem humain, passé de la nature à la culture nous rappelle la horde, le meurtre, le cannibale et l’inceste au noyau même de nos instincts…

Les artistes des grottes de Sulawesi savaient à l’évidence quelque chose de la capacité négative du psychisme : voir en creux le plein et inversement.

Symboliser, subjectiver le potentiel de sauvagerie pulsionnelle, s’approprier la mort et l’amour, la survie et la guerre, sont un héritage et une conquête processuelle toujours renouvelée à laquelle la fonction artistique dès son origine nous confronte par l’infinité de ses mises en scènes et que la psychanalyse, avec ses outils classiques ou plus spécifiquement art-thérapeutiques, tente parfois de soutenir dans le sens d’une croissance psychique.

Nous parlerons ensemble du premier génie artistique connu de l’Art rupestre, du jaillissement sensible de l’humanité dans une bande dessinée préservée dans ses cryptes rocheuses aux quatre coins de la planète.

Nous écouterons durant l’après-midi une autre forme de jaillissement du monde interne, née de la maladie du penser, comme disait Didier Anzieu, et de l’impérieuse contrainte à signifier, une expérience de subversion mutuelle du sensoriel et de la représentation, nichée dans la fente structurelle de la psychose. L’art brute réinvente d’inédits codes artistiques, tels des produits dérivés des effets tranchants de l’auto-conservation et d’auto-restauration face à la possible perte de soi. L’Art brute, qui porte l’expérience de la dislocation psychique, est-il une détonation instrumentalisée par la nomenclatura des marchands, un anoblissement opportun de la folie ? Le patient, « artiste malgré lui », est peut-être le plus artiste d’entre tous disputant ainsi la légitimité de l’art aux artistes autorisés. Cet espace intermédiaire entre le soin et la cité nécessite-t-il de  penser les conditions de cadre éthique, un bémol sur la portée d’une célébration naïvement contemplative? …

Des interventions artistiques pendant le colloque vont inciser dans nos résistances et certitudes à nous sentir singulier dans notre siècle, nous aider à accepter l’évidence d’une universalité et d’une intemporalité des ressorts de l’inconscient, depuis la grotte jusqu’à nos cabinets de consultation…

Crédit photo affiche du colloque André Le Hien, (Sans titre), Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne, Inv. 0717 © CEE-MAHHSA

Samedi 8 octobre 2022 – 9H30 -18H30

EN VISIO-CONFÉRENCE ET EN PRÉSENTIEL 

INALCO
Institut National des Langues et Civilisations Orientales
65 rue des Grands-Moulins – Paris 75013
Hall 2, 2ème étage, Amphithéâtre A2
Ligne 14 : station François Mitterrand
Bus 62 : arrêt Mann
Bus 89 : arrêt Avenue de France
Bus 64 : arrêt Bibliothéque – Chevaleret

PROGRAMME

ART dès l’origine

9h15 – 11h15

Président de la matinée: 

Piotr KRAKOWSKI: Docteur en Psychologie Clinique, membre titulaire de la SPP, de l’Institut de Psychanalyse et de Psychothérapie de Varsovie

Rajah SHARARA : Psychologue clinicienne, psychanalyste, membre adhérent de la CIPPA

Alain GIBEAULT: Philosophe, psychologue clinicien et psychanalyste, Alain Gibeault est Membre Titulaire formateur de la Société Psychanalytique de Paris : « Naissance de la symbolisation et art préhistorique ».

Christian GAILLARD :
Docteur en psychologie, psychanalyste formateur, membre et ancien président de la SFPA (Société Française de Psychologie Analytique) : Il se lève, et marche.

Yves SARFATI
: Professeur de Psychiatrie – Psychanalyste – Docteur en Neurosciences, Chevalier des Arts et des Lettres

Johanna VELT: Psychiatre, Pédopsychiatre, Psychanalyste à l’Institut de Psychanalyse de Paris: Modératrice  

Échanges avec la salle

h 11h15 – 11H30  – Pause café

11h30 – 13h

gine PRAT : Psychologue-Psychanalyste, membre  de la Société Psychanalytique de Paris et analyste d’enfants,  membre du GERPEN (Groupe d’Etudes et de Recherches Psychanalytiques pour le développement de l’Enfant et du Nourrisson) : « Comment l’art préhistorique: nous éclaire sur notre fonctionnement psychique ? »

rard NOIR : Psychiatre, Psychanalyste, Membre adhérent de la SPP (Société Psychanalytique de Paris), Membre du GRETOREP (Groupe français d’Etude et de recherche sur l’origine des représentations graphiques et symboliques) : Discutant

Samir FELLAK :  Psychologue clinicien, Psychanalyste, Adhèrent de la Société Psychanalytique de Paris., Membre de l’Institut de Psychothérapie de Varsovie, Membre de l’International Psychanalytique Association : Modérateur

Échanges avec la salle

13h – 14h15 – Pause déjeuner : Buffet

Histoire(s) brut(es)

14h15 – 16h

Présidente de l’après-midi : Johanna Velt: Psychiatre, Pédopsychiatre, Psychanalyste à l’Institut de Psychanalyse de Paris

Anne-Marie DUBOIS: Psychiatre, responsable scientifique du MAHHSA

Clara SIMPSON: Comédienne bilingue d’origine irlandaise, enseignante: Lecture de textes des œuvres de Jeanne Tripier, Aimable Jayet, Aloise Corbat, et Constance Schartzlin-Berberat.

cile CUNIN : médiatrice culturelle et doctorante en histoire de l’art à l’Université Rennes 2:« Art asilaire genre et performativité à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Lectures et réflexions »

Armelle HOURS: Psychiatre, Psychanalyste, Membre titulaire de la SPP, membre de l’IPA, et du GLPRA (Groupe Lyonnais de psychanalyse Rhône-Alpes): Modératrice

Échanges avec la salle

16H00 – 16H15 – Pause café

16h15 – 18h

Alain MOREAU : Collectionneur d’art brut, directeur du théâtre de Villefranche et de l’espace d’arts plastiques de la ville, commissaire d’exposition d’art brut
André
ROBILLARD : Sculpteur, dessinateur, musicien, créateur français d’art brut

Armelle HOURS:  Psychiatre, Psychanalyste, Membre titulaire de la SPP, membre de l’IPA, et du GLPRA (Groupe Lyonnais de psychanalyse Rhône-Alpes): Modératrice

Échanges avec la salle

Fin de la journée : Conclusion

Comité d’organisation, Comité scientifique : Samir Fellak, Armelle Hours, Piotr Krzakowski, Rajah Sharara, Johanna Velt
Comité de conseillers artistiques : Audren, Clara Simpson

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • AUDREN
  • Cécile CUNIN
  • Anne-Marie DUBOIS
  • Samir FELLAK
  •  Christian GAILLARD

  • Alain GIBEAULT
  • Armelle HOURS
  • Piotr KRZAKOWSKI
  • Alain MOREAU
  • Gérard NOIR
  • Régine PRAT 
  • André ROBILLARD 
  • Yves SARFATI
  • Rajah SHARARA
  • Clara SIMPSON
  • Johanna VELT

26 septembre 2022 – Conférence de Germaine ACOGNY « Le corps reflet de la nature »

 

 

Germaine ACOGNY

 

HONNEURS ET DISTINCTIONS

Lire la suite

En 1999, Germaine Acogny est décorée comme « femme pionnière » par le Ministère sénégalais de la Famille et de la Solidarité Nationale.

Germaine Acogny est « Chevalier de l’Ordre du Mérite », « Officier des Arts et Lettres » et « Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur » de la République Française.

Elle est également « Chevalier de l’Ordre National du Lion » et « Officier des Arts et Lettres » de la République Sénégalaise.

En 2004, Germaine Acogny reçoit une reconnaissance pour son travail par la Fondation pour les Arts Contemporains à New York.

En 2008, le magazine africain « Jeune Afrique » la désigne comme l’une des 100 personnalités qui font l’Afrique.

En 2009, elle est « Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres » de la République Française.

En 2012, elle est décorée « Commandeur des Arts et Lettres » de la République Sénégalaise.

En 2016, le magazine de l’Afrique la classe parmi les 50 intellectuels d’Afrique.

Le 25 Mars 2016, Germaine reçoit la distinction d’Officier de la légion D’Honneur de la République Française.

En 2018 – Germaine Acogny reçoit le prix BESSIE de New York pour sa performance exceptionnelle de son solo « Mon élue noire-sacre # 2 » et un prix du Festival international du théâtre expérimental et contemporain du Caire pour « Life time achievements » dans le domaine de la chorégraphie, du mouvement et de la danse.

En 2018 – Prix International Elsa Wolliaston – Festival Danses et Continents Noirs

CREATIONS CHOREGRAPHIQUES DE GERMAINE ACOGNY DEPUIS 1987

Lire la suite

1987 – « SAHEL »

1988 « YE’OU » (L’Eveil) qui gagne en 1991 le London Dance and Performance Award

1989 « AFRIQUE, CE CORPS MEMORABLE », basé sur les poèmes de l’ homme d’Etat et poète L.S. Senghor

1994 « YEWA, EAU SUBLIME » pour 7 danseurs et 4 musiciens : Première à l’Opéra de Lyon le 16 septembre 1994, dans le cadre de la Biennale de la Danse

1995  » Z » – Création pour la compagnie de la ville de Sao-Paulo / Brésil (BALE DA CIDADE DE SAO-PAOLO), un hommage au héros national Zumbi, avec la musique originale de Gilberto Gil.

2001 Création du solo « TCHOURAÏ », une chorégraphie de Sophiatou Kossosko

2004 Création de « FAGAALA », une co-chorégraphie avec Kota Yamazaki/Japon, pour 7 danseurs Africains

2006 Création de « WAXTAAN », une co-chorégraphie avec Patrick Acogny

2008 Création « LES ECAILLES DE LA MEMOIRE – SCALES OF MEMORY » une co-chorégraphie avec Jawole Zollar des Urban Bush Women (New York)

2010  Solo « Songook Yaakaar», une chorégraphie de Pierre Doussaint et et de Germaine Acogny. Première à la Biennale de la Danse à Lyon les 17 et 18 septembre 2010.

2014 Création du solo « Mon Elue noire – Le sacre 2 » pour Germaine Acogny par le chorégraphe d’Olivier Dubois.

2015 Création du solo « A un endroit du début », en collaboration avec le metteur en scène Mikael Serre, mêlant danse, théâtre et vidéo. La première a eu lieu au Grand théâtre de la Ville du Luxembourg en juin 2015.

2018 « MULTIPLE-S » un duo chorégraphié par Salia Sanou du Burkina Faso

 

 

Dominique MAZEAS

 

PUBLICATIONS

Cliquez ici pour en savoir plus

MAZEAS, D., (2018), « La chorégraphie des premiers liens et ses retrouvailles dans le transfert : le partage des signifiants formels », in Cliniques méditerranéennes, 97, Erès

MAZEAS, D., (2018), « Ancrages corporels du langage chez les enfants autistes », in Journal de Psychanalyse de l’Enfant, 1, vol 8

MAZEAS, D., « Emotions esthétiques et créativité partagée dans la psychothérapie avec les personnes autistes », sous la Dir. D., Amy et B., Golse, Autisme et Psychanalyse – III, Coll Poche – psychanalyse, Erès, 2018, pp 293-314 Divers articles sur Cairn

MAZEAS, D., (2018), « Ancrages corporels du langage chez les enfants autistes », in Journal de Psychanalyse de l’Enfant, 1, vol 8

MAZEAS, D., « Emotions esthétiques et créativité partagée dans la psychothérapie avec les personnes autistes », sous la Dir. D., Amy et B., Golse, Autisme et Psychanalyse – III, Coll Poche – psychanalyse, Erès, 2018, pp 293-314 Divers articles sur Cairn

CONTRIBUTIONS D’OUVRAGES 

Lire la suite

CONTRIBUTIONS D’OUVRAGES

ARTICLES DE REVUES

 

 

Anne-Sylvie PELLOUX

 

Lire la suite

ARTICLES DE REVUE
 
 
 
 

)

Intervenants 26 septembre 2022 – Conférence de Germaine ACOGNY « Le corps reflet de la nature »

 

Germaine ACOGNY

 

 

 

 

Danseuse, Chorégraphe, Professeure enseigne dans le monde entier et devient un réel émissaire de la Danse et de la Culture Africaine, co-fondatrice avec son mari Helmut Vogt de l’école des sables depuis 1998

Lire la suite

Sénégalaise et Française, elle suit à Paris de 1962 à 1965 la formation de l’Ecole Simon Siegel (la directrice était Madame Marguerite Lamotte) dont elle est ressortie diplômée d’éducation physique et sportive et de gymnastique harmonique.

Puis elle fonde à Dakar en 1968 son premier studio de danse africaine. Influencée par l’héritage gestuel de sa grand-mère, prêtresse Yoruba, son apprentissage des danses traditionnelles africaines et des danses occidentales (classique, moderne), Germaine Acogny a mis au point sa propre technique de Danse Africaine Moderne.

Elle est considérée comme « la mère de le Danse Africaine Contemporaine ».

En 1977, elle devient Directrice Artistique de Mudra Afrique jusqu’en 1982, créé par Maurice Béjart et le Président L.S. Senghor à Dakar.

En 1980, elle écrit son livre « Danse Africaine », édité en 3 langues.

Après la fermeture de Mudra Afrique, elle s’installe à Bruxelles avec la compagnie de Maurice Béjart et organise des stages internationaux de Danse Africaine qui remportent un franc succès auprès du public européen. Cette expérience est renouvelée en Afrique, en Casamance, dans le Sud du Sénégal, dans le village de Fanghoumé qui reçoit des stagiaires danseurs professionnels ou non, venus de toute l’Europe et du monde.

Elle danse, chorégraphie et enseigne dans le monde entier et devient un réel émissaire de la Danse et de la Culture Africaine.

Avec son mari Helmut Vogt, elle fonde en 1985 à Toulouse le Studio-Ecole-Ballet-Théâtre du 3ème Monde.

Après s’être absentée de la scène pendant plusieurs années, Germaine Acogny fait en 1987 un come-back couronné de succès comme danseuse et chorégraphe en travaillant entre autre avec le chanteur Peter Gabriel pour un clip, et en créant son premier solo « Sahel ». Suivent d’autres chorégraphies. Son solo « YE’OU », créé en 1988, gagne en 1991 le « London Contemporary Dance and Performance Award ».

En 1995, elle décide de retourner au Sénégal et de construire un Centre International de Danses Traditionnelles et Contemporaines Africaines, lieu d’échange entre danseurs africains et danseurs du monde entier, et lieu de formation pour les danseurs de toute l’Afrique, afin de les mener vers une Danse Africaine Contemporaine. Une « école pour la vie », où Germaine tente de leur apprendre comment vivre ensemble, se respecter les uns les autres en tant que personne / être humain et comme membre d’une autre culture, respecter la tradition et travailler cela à travers l’expression contemporaine.

Au début de l’année 2004, la construction du Centre – appelé aussi « l’Ecole des Sables » – est terminée. Depuis 1998, des stages de formation professionnelle de trois mois pour des danseurs et/ou chorégraphes sont organisés chaque année. Environ 30 danseurs de tous les pays d’Afrique sont réunis à chaque fois pour travailler et vivre ensemble.

En 1997, Germaine Acogny est nommée Directrice Artistique de la section Danse d’Afrique en Création à Paris, fonction qu’elle assume jusqu’en septembre 2000. Durant cette période, elle est responsable du concours de danse contemporaine africaine, une plate-forme importante pour les jeunes chorégraphes Africains.

En 2005 elle est invitée comme régent à l’UCLA (Université de Los Angeles).

Son solo « Tchouraï », créé en 2001 et chorégraphié par Sophiatou Kossosko, a eu un grand succès pendant ses tournées jusqu’en 2008. Il a été représenté en France (Théâtre de la Ville, Paris), Allemagne, Belgique, Hollande, Danemark, Italie, Etats-Unis (New York, Chicago) et en Chine (dans le premier festival de danse contemporaine à Shanghaï).

En 2003/2004, elle créé la pièce “Fagaala” sur le génocide du Rwanda pour sa compagnie JANT-BI. Il s’agit d’une co-chorégraphie avec Kota Yamazaki (Japon) pour 7 danseurs Africains, une fusion entre le Butoh, la Danse traditionnelle et Contemporaine africaine. La pièce rencontre un très grand succès à travers ses tournées mondiales (Europe, Afrique, Etats Unis, Australie, Japon).

En 2007, Germaine Acogny et Kota Yamazaki reçoivent un Bessie Award (Contemporary Dance and Performance Award) à New York pour cette chorégraphie.

La même année, son grand challenge était le travail sur la partie chorégraphique de « L’Opéra du Sahel», une importante création africaine initiée et produite par la Fondation Prince Claus (Pays Bas). La première était à Bamako en Février 2007, suivi par Amsterdam et Paris et une première tournée africaine en 2009.

En 2008, un autre travail chorégraphique important a été organisé sur une collaboration entre la compagnie Jant-Bi (7 danseurs hommes) et la compagnie Urban Bush Women (7 danseuses afro-américaines) de New York. Cette création “Les écailles de la mémoire – Scales of memory” a été créée par elle et Jawole Zollar, la directrice artistique des Urban Bush Women et a remporté un grand succès lors de ses tournées aux Etats-Unis et en Europe.

Son solo, « Songook Yaakaar » a été donné en première à la Biennale de la danse de Lyon en septembre 2010 et depuis tourne régulièrement dans le Monde entier.

Elle co-chorégraphie Afro-Dites ! Kaddu Jigeen en 2012 aux côtés de son fils Patrick Acogny.

En 2014 le chorégraphe Français Olivier Dubois crée un solo pour Germaine Acogny « Mon élue noire – Sacre no.2 » sur la musique originale du Sacre du printemps.

En 2015 sort sa nouvelle création « A un endroit du début », une collaboration avec le metteur en scène Mikael Serre, une création qui mêle danse, théâtre et vidéo. La première a eu lieu au Grand théâtre de la Ville du Luxembourg en juin 2015.

Elle ne cesse de collaborer avec des écoles et des centres de danses internationaux et donne régulièrement des master class.

Depuis Janvier 2015 elle à transmis la Direction Artistique de l’Ecole des Sables à son fils Patrick Acogny.

Dominique MAZEAS

 

 

Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, Maître de Conférences, Université Sorbonne Paris Nord, membre de la CIPPAmembre de l’Institut Contemporain de l’Enfance (ICE)

 

Anne-Sylvie PELLOUX

 

 Pédopsychiatre, Chef de Pôle Paris Centre Est Hôpitaux Saint-Maurice, membre de la CIPPA, membre de l’Institut Contemporain de l’Enfance (ICE), rédacteur en chef adjoint de la revue enfances & PSY, aux éditions érès.

Rajah SHARARA

 

 

 

 

Psychologue clinicienne, psychanalyste, Fondatrice et présidente de l’association Psyché et Art, membre adhérent de la CIPPA.

26 septembre 2022 – Conférence de Germaine ACOGNY « Le corps reflet de la nature »

Germaine ACOGNY

Danseuse, Chorégraphe, Professeure enseigne dans le monde entier et devient un réel émissaire de la Danse et de la Culture Africaine, co-fondatrice avec son mari Helmut Vogt de l’école des sables depuis 1998

En 1999, Germaine Acogny est décorée comme « femme pionnière » par le Ministère sénégalais de la Famille et de la Solidarité Nationale.

Germaine Acogny est « Chevalier de l’Ordre du Mérite », « Officier des Arts et Lettres » et « Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur » de la République Française.

Elle est également « Chevalier de l’Ordre National du Lion » et « Officier des Arts et Lettres » de la République Sénégalaise.

En 2004, Germaine Acogny reçoit une reconnaissance pour son travail par la Fondation pour les Arts Contemporains à New York.

En 2008, le magazine africain « Jeune Afrique » la désigne comme l’une des 100 personnalités qui font l’Afrique.

En 2009, elle est « Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres » de la République Française.

En 2012, elle est décorée « Commandeur des Arts et Lettres » de la République Sénégalaise.

En 2016, le magazine de l’Afrique la classe parmi les 50 intellectuels d’Afrique.

Le 25 Mars 2016, Germaine reçoit la distinction d’Officier de la légion D’Honneur de la République Française.

En 2018 – Germaine Acogny reçoit le prix BESSIE de New York pour sa performance exceptionnelle de son solo « Mon élue noire-sacre # 2 » et un prix du Festival international du théâtre expérimental et contemporain du Caire pour « Life time achievements » dans le domaine de la chorégraphie, du mouvement et de la danse.

En 2018 – Prix International Elsa Wolliaston – Festival Danses et Continents Noirs

Lundi 26 septembre 2022 – 21 H – 23 H

En Visio Conférence

PROGRAMME

Présidente Anne Sylvie PELLOUX : Pédopsychiatre, Chef de Pôle Paris Centre Est Hôpitaux Saint-Maurice, membre de la CIPPA, membre de l’Institut Contemporain de l’Enfance (ICE), rédacteur en chef adjoint de la revue enfances & PSY, aux éditions érès.

Rajah SHARARA : Psychologue clinicienne, psychothérapeute, membre de la CIPPA, fondatrice et présidente de l’association Psyché et Art

 

Germaine ACOGNY : Danseuse, Chorégraphe, Professeure enseigne dans le monde entier et devient un réel émissaire de la Danse et de la Culture Africaine, co-fondatrice avec son mari Helmut Vogt de l’école des sables depuis 1998 :  Le corps reflet de la nature.

Dominique MAZEAS : Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, Maître de Conférences, Université Sorbonne Paris Nord, membre de la CIPPAmembre de l’Institut Contemporain de l’Enfance (ICE) : Discutante

AVEC LA PARTICIPATION DE
  • Germaine ACOGNY
  • Dominique MAZEAS
  • Anne-Sylvie PELLOUX
  • Rajah SHARARA